Le régime paléo

Le régime paléo est un retour aux aliments bruts issus directement de la nature.

L’alimentation de nos ancêtres

Nos ancêtres avaient ils dans leur alimentation tout ce qui est nécessaire pour être en bonne santé ? A voir les bienfaits du régime paléo, on répond oui ! Ce régime apporte un regain d’énergie, une perte de poids et de masse grasse, une meilleure vivacité physique et intellectuelle, un meilleur sommeil…Comment est-ce possible ?

Le régime paléo (ou paléolitique) est définit par ce que mangeaient nos ancêtres avant l’arrivée de l’agriculture et de la sédentarisation.
Avant cette ère (il y a environ 8000 ans), nos ancêtres étaient surtout des cueilleurs chasseurs. C’est à dire que leur alimentation était composée par des animaux chassés, des poissons, des fruits, plantes, noix, graines et racines. Et c’est tout !

Cependant, le régime paléo ne se résume pas seulement à l’alimentation de nos ancêtres. On peut le considérer comme un vrai style de vie qui renoue un lien profond avec la nature. Mark Sisson(1) le considère d’ailleurs comme le seul mode de vie adapté à l’espèce humaine ! On parle aussi de gym paléo associée à ce style de vie.

La nature et la génétique

L’évolution de l’homme s’est faite de façon très lente. Il est important de comprendre que la génétique humaine a évoluée dans l’environnement offert par la nature. C’est le milieu disponible qui a façonné notre génétique. Cette génétique est réglée au millimètre et les mécanismes à l’oeuvre lorsque nous mangeons sont d’une complexité et d’une précision incroyables ! Cela a une conséquence directe forte : le corps sait digérer et retirer tous les bienfaits des aliments bruts qui sont fournis par la nature.

Les aliments toxiques

Cela peut paraître anodin mais c’est le principe de base de ce régime. le corps sait digérer et retirer tous les bienfaits des aliments bruts qui sont fournis par la nature. On pourrait s’arrêter là mais il est important de préciser cela : Tout ce que nous mangeons d’autre, c’est à dire qui ne vient pas directement de la nature, qui est transformé, est au mieux inutile à l’organisme, et au pire toxique ! Les substances chimiques, additifs, conservateurs, OGM, sucre (oui !)…n’ont pas leur place ici.

Manger paléo comme le précise Aglaée Jacob (2), c’est donc supprimer tout les produits céréaliers (farine, biscuits, pain, viennoiseries, pâtes…). C’est supprimer tous les produits laitiers, les légumineuses. Supprimer également tous les aliments industriels, transformés, sucrés, les huiles végétales…Tous ces aliments toxiques, raffinés, souvent pauvres en nutriments et caloriques, ont également un index glycémique élevé.

Les bons aliments paléo

Les bons aliments paléo sont donc issus des aliments bruts, non transformés et de sources variées pour représenter environ 1/3 de chaque macro nutriment. Les protéines issues de viandes plutôt maigres, volailles, poissons et œufs. Les glucides issus principalement des légumes (verts), des fruits. Et des lipides qui proviennent des huiles de coco, d’olives, d’avocat, des noix (cajou, de grenoble), des oléagineux. Ce régime permet d’augmenter les nutriments et les fibres disponibles.

On se résume

Le régime paléo comporte de nombreux avantages dans l’objectif d’améliorer sa santé comme le précise Julien Venesson (3). En effet, il permet de retrouver un poids de forme assez rapidement, d’améliorer nettement ses constantes physiologiques et réduit le risque de maladies chroniques ! C’est déjà énorme !
Cependant, il est pas facile d’avoir accès à des aliments peu transformés de nos jours, et cela a un coût non négligeable. Il est en effet préférable de choisir des producteurs locaux, de préférence bio. Il est aussi nécessaire de supprimer une grosse partie de nos mauvaises habitudes alimentaires (éviter les boulangeries, fast food…) et donc ce régime est socialement contraignant si vous manger souvent dehors ou entre amis.

Mais cela peut aussi être le moyen d’inciter vos amis et famille a manger mieux… Car le régime paléo y contribue largement !

Pour en savoir plus

  1. Mark SISON, le modèle Paléo, Thierry Souccar Editions, 2012
  2. Aglaée JACOB, Je me mets au Paléo, Thierry Souccar Editions, 2015
  3. Julien VENESSON, Paléo nutrition, Thierry Souccar Editions, 2014